Les éducateurs pour la paix dans le monde se tiennent aux côtés des enseignants afghans

Enseignants : Agents de développement humain et social

« L'éducation est la pierre angulaire de toute société. » – ONU, Éducation pour tous

« … pour réaffirmer la foi dans les droits humains fondamentaux…. L'égalité des droits des hommes et des femmes… » – Charte des Nations Unies

"Tout le monde a le droit à l'éducation." – Déclaration universelle des droits de l'homme

« … assurer une éducation inclusive et équitable de qualité pour tous [y compris un enseignement primaire et secondaire gratuit pour tous les garçons et les filles] » - ONU, Objectifs de développement durable

Pendant des siècles, l'éducation a été reconnue comme constitutive du développement de la personne humaine. Les sociétés caractérisées par la participation des peuples la considèrent comme essentielle à la bonne gouvernance. Depuis la fondation des Nations Unies, il est devenu un condition sine qua non de développement social. Ces principes de base, résumés dans les citations ci-dessus des normes de l'ONU et affirmés par la société civile internationale, sont maintenant gravement menacés sous le régime fondamentaliste-misogyne des talibans.

Une éducation de qualité, une préparation à une vie épanouie et une citoyenneté responsable dans sa société natale et la participation à une communauté mondiale diversifiée et rapide sont sapées par l'interprétation idiosyncratique et non orthodoxe de l'Islam comme programme principal de toutes les écoles. Le Coran n'attribue pas une moindre valeur humaine aux femmes.

La restriction sévère à l'éducation des filles et des jeunes femmes en leur interdisant de fréquenter l'école secondaire et l'université viole leur droit fondamental à une éducation de qualité, prive la société du potentiel de la moitié de la population et fait obstacle au développement économique et politique , indispensable à un avenir viable pour l'Afghanistan.

Les participants et les adeptes de la Campagne mondiale pour l'éducation à la paix se sont familiarisés à la fois avec la nécessité de l'éducation des filles et avec la ténacité des éducateurs afghans à la dispenser à travers rapports de Sakena Yacoobi, fondateur de l'Institut afghan d'apprentissage. L'exemple le plus frappant de la ténacité et de l'engagement professionnel des éducateurs afghans se trouve dans la conférence de presse, exigeant le paiement des salaires des enseignants.

L'obstacle le plus flagrant et le plus douloureusement évident à l'éducation afghane en ce moment est la situation de ses enseignants dévoués et courageux. Beaucoup enseignent sans salaire depuis des mois, sans aucun doute tout en versant d'autres contributions sociales que les enseignants ont toujours versées. Beaucoup d'entre eux, hommes comme femmes, sont les seuls à subvenir aux besoins de leur famille.

À l'heure actuelle, l'action la plus constructive à entreprendre pour le bien-être de ces éducateurs, de leurs familles et de leur pays est que la Banque mondiale leur transfère une partie de l'aide humanitaire qui pourrait payer leurs salaires.

La lettre rédigée et diffusée par Code Pink (reproduite ci-dessous et disponible pour signature ici) s'adresse au président Biden, car les États-Unis ont plus de poids auprès de la Banque que les autres pays. Les lecteurs sont invités à signer cette lettre, et ceux qui souhaitent agir davantage peuvent adresser des lettres directement à la Banque mondiale et à leurs propres chefs d'État, ainsi qu'aux représentants de l'ONU, appelant à leur soutien à cette initiative, et à l'organisme mondial, toutes ses agences et tous les membres de la communauté internationale à exiger le respect des normes internationales comme conditions préalables à toutes les transactions avec les talibans.  (-BARRE, 10/5/21)

Dites à l'administration Biden et à la Banque mondiale de débloquer des fonds pour payer les enseignants et les agents de santé afghans

Les femmes afghanes ont lancé un appel urgent concernant le non-paiement des salaires des enseignantes et des travailleurs de la santé afghans. Ajoutez votre nom à la pétition appelant l'administration Biden, la Banque mondiale et les principaux membres du Congrès à débloquer les fonds afghans pour payer les salaires des enseignants et des travailleurs de la santé afghans.

signer la lettre ici

Cher Président Biden, la Banque mondiale et les membres clés du Congrès (voir ci-dessous pour les membres spécifiques du Congrès),

Selon des femmes afghanes, les talibans autorisent les filles à fréquenter l'école primaire (de la 1re à la 6e année). Ils n'ont toujours pas ouvert la 7e à la 12e année aux filles, mais se sont engagés à le faire. Cependant, il existe un obstacle majeur : le non-paiement des salaires des enseignants. Il y a actuellement plus de 120,000 XNUMX enseignantes dans les écoles publiques à travers le pays, et environ la moitié d'entre elles sont la seule source de revenus pour leurs familles. Il est très difficile, voire impossible, de demander à ces enseignants de continuer à enseigner sans rémunération.

Veuillez débloquer les fonds afghans pour payer les salaires des enseignants afghans.

La même crise est à laquelle sont confrontées les travailleuses de la santé afghanes. Il y a plus de 13,000 1 travailleuses de la santé en Afghanistan, notamment des médecins, des sages-femmes, des infirmières, des vaccinatrices et d'autres membres du personnel féminin. La plupart d'entre eux étaient payés par la Banque mondiale via le Fonds fiduciaire pour la reconstruction de l'Afghanistan (ARTF), mais depuis juin, le financement a cessé. Pendant ce temps, le système de santé est au bord de l'effondrement. Il y a eu une recrudescence des cas de rougeole et de diarrhée; une résurgence de la polio est un risque majeur ; près de la moitié des enfants souffrent de malnutrition ; près d'un hôpital COVID sur quatre a fermé ses portes et 4 millions de doses de vaccins COVID2 restent inutilisées faute de personnel pour les administrer.

Veuillez dégeler les fonds afghans pour payer les travailleuses de la santé et les enseignantes afghanes. Cet argent pourrait provenir du Fonds fiduciaire afghan de la Banque mondiale ou des 9.4 milliards de dollars de fonds afghans gelés dans les banques américaines.

Cordialement,

*En plus de contracter le président Biden, nous faisons appel aux membres clés du Congrès suivants pour ce problème :

Comité des services financiers de la Chambre :
la présidente Maxine Waters, le membre du classement Patrick McHenry et le vice-président Jake Auchincloss ;

Comité des services financiers de la Chambre sur le commerce international, les douanes et la compétitivité mondiale :
le président Thomas Carper et le membre du classement John Cornyn;

Commission sénatoriale des finances :
président Ron Wyden et membre de classement Mike Crapo;

Commission sénatoriale des banques, du logement et du développement urbain :
le président Sherrod Brown et le membre du classement Patrick Toomey;

Membres du Comité sénatorial des banques, du logement et du développement urbain Sous-comité de la sécurité et du commerce international et des finances :
Mark Warner, Bill Hagerty, Jon Tester, Jon Ossoff, Krysten Sinema, Mike Crapo, Steve Daines, John Kennedy.

 

1 Trackback / Pingback

  1. Affamer les talibans - ou le peuple afghan ? - Campagne mondiale pour l'éducation à la paix

Rejoignez la discussion ...