Apprendre la paix : enseigner la paix (Inde)

Tester le sous-titre

Par Ashmeet Kaur*

Ceci fait suite à l'article de Swarna Rajgopalan (un éducateur pour la paix) sur Enseigner la paix : apprendre la paix, publié dans The Hindu (un quotidien indien) le 29 septembre 2019 (voir aussi l'image ci-dessous). J'offre mon point de vue sur l'article, y compris la divergence de compréhension avec l'auteur dans le texte suivant.

Apprendre la paix : enseigner la paix

Éducation pour la paix (ci-après Éducation à la paix aux fins de ce texte) au lieu de mettre l'accent sur l'enseignement de la paix, insistez sur « être et devenir » ce que nous enseignons comme récit solennel. L'éducation à la paix vise non seulement à développer des compétences, des valeurs, des comportements et des aptitudes pour faire face à la violence, mais devient une pratique où le but (c'est-à-dire pourquoi enseigner), le contenu (c'est-à-dire quoi enseigner) et la pédagogie (c'est-à-dire comment enseigner ) deviennent propices au développement des valeurs de paix (1).

Par conséquent, l'apprentissage en faveur de la paix n'exige pas seulement d'être didactique mais pacifique lui-même. Mais pour atteindre cette fin, les moyens d'y parvenir doivent également être pacifiques. Et le meilleur moyen reste un grand professeur. Un grand enseignant, comme l'écrit à juste titre l'auteur, animé par des instincts, est un éducateur à la paix, car l'éducation à la paix est un processus social et humain. Cultiver ces prédispositions exige que les éducateurs pour la paix ne séparent pas leur travail de leur vie. Le travail et la vie binaire n'existent pas plutôt l'un enrichit l'autre. Les éducateurs pour la paix ont des opportunités exceptionnelles de concevoir un mode de vie non seulement pour les autres mais pour eux-mêmes. Être un pédagogue de la paix n'est pas seulement un chemin de carrière mais un mode de vie. Les éducateurs pour la paix travaillent sur eux-mêmes tout en perfectionnant leur art. Tant et si bien que leurs aspirations professionnelles trouvent de la valeur dans leur raison d'être et vice-versa.

L'éducation à la paix vise non seulement à développer des compétences, des valeurs, des comportements et des aptitudes pour faire face à la violence, mais devient une pratique où le but (c'est-à-dire pourquoi enseigner), le contenu (c'est-à-dire quoi enseigner) et la pédagogie (c'est-à-dire comment enseigner ) deviennent propices au développement des valeurs de paix. (1)

C'est donc le moi inné de l'enseignant qui s'exprime dans les routines quotidiennes d'une école et c'est à partir de là que l'apprenant capte les signaux d'apprentissage les plus doux et les plus subtils, comme le dit l'auteur « les enfants sont témoins de l'expression de nos préjugés » . Le problème est que cette ligne de pensée n'a pas été considérée comme un problème expliquant les lacunes de notre système éducatif ou a été maîtrisée par le fait que la lecture de buts si nobles de l'enseignement est comme une guerre sans formation et sans ressources pour les enseignants.

Cette expression de l'écriture résulte également non d'un espace de mépris mais d'une expansion pour aider à communiquer comment l'expression de l'auteur est tombée à travers les fissures dans la communication de « l'enseignement » en tant que profession non sexiste. Bien que bien intentionné, cela devait l'être, mais l'expression de l'auteur suggère une représentation affirmative du genre de la profession enseignante. Il ne suggère pas seulement l'exclusion active d'autres genres, mais l'inégalité, la discrimination et l'effacement des genres. Une expression « par défaut » de la normativité sociale du rôle professionnel pourrait apparemment réitérer un préjugé établi aux lecteurs contre-intuitif aux idéaux de l'éducation à la paix. Lorsque « l'inclusion » est une valeur de paix, le langage d'exclusion semble oxymorique.

La résonance de l'Éducation à la Paix dépasse de loin les limites de l'école et la circonférence des programmes et fait place à la présence centrifuge de la pratique pédagogique.

L'éducation à la paix aborde à la fois la nature et le but de l'apprentissage. La résonance de l'Éducation à la Paix dépasse de loin les limites de l'école et la circonférence des programmes et fait place à la présence centrifuge de la pratique pédagogique. En termes de nature, il met une charge gravitationnelle sur les dimensions tacites et communautaires de l'apprentissage. En termes de finalité, cela aide à repenser l'éducation vers les résultats souhaités par la société. In nuce, il a avancé un argument convaincant dans les mots du professeur Krishna Kumar qu'avant que l'éducation puisse être utilisée pour promouvoir la paix, son propre potentiel humaniste doit être sauvé (ou atteint). Comme vivre ces résultats d'apprentissage souhaités est précieux, nous, éducateurs pour la paix, portons une responsabilité incontournable. Un grand éducateur pour la paix est celui lorsque la « poule » voit le « chemin » pacifique comme le « but » de la « poule ». Hen est un pronom neutre en suédois; conçu comme une alternative au genre hon (she) et han (he). Il peut être utilisé lorsque le sexe d'une personne n'est pas connu ou lorsqu'il n'est pas souhaitable de la spécifier comme « elle » ou « il ».

À propos de l’auteure

Mme Ashmeet Kaur est un doctorat candidat à la TERI School of Advanced Studies, New Delhi, Inde. Son intérêt de recherche est l'éducation pour la paix et l'objectif 4.7 des ODD. La recherche résume une étude ethnographique d'un pensionnat international en Inde dans le but de déconstruire l'enseignement dans le cadre des idéaux humanistes de l'Éducation pour la paix. Elle a été ambassadrice de l'IEP (Institute of Economics and Peace) pour l'année 2019-20. Elle est titulaire d'une maîtrise en sciences politiques de l'Université de Delhi, en Inde.

Références
  1. Kester, K. (2010). Education pour la paix : Contenu, forme et structure : Mobiliser les jeunes pour l'engagement civique. Examen de la paix et des conflits, 4(2), 1-10.

 

commentaires

  1. L'article est préparé en temps opportun et préparé pour les enseignants volontaires dans les pays en développement dont les initiatives pour la construction de la paix doivent être améliorées afin qu'ils apprennent aux jeunes enfants à grandir dans des environnements de paix.

Rejoignez la discussion ...