La source et la communauté incontournables pour les actualités, les opinions, les recherches, les politiques, les ressources, les programmes et les événements sur l'éducation à la paix dans le monde entier

La Campagne mondiale pour l'éducation à la paix (GCPE) est un réseau organisé international non formel qui promeut l'éducation à la paix dans les écoles, les familles et les communautés pour transformer la culture de la violence en une culture de la paix.

Le site Web et les communications électroniques du GCPE fournissent une couverture de l'éducation à la paix du monde entier, y compris des articles originaux, des recherches et des histoires cultivées à partir de revues et de sources indépendantes et médiatiques. Nous encourageons particulièrement soumissions d'articles et d'événements de nos membres.

Principes de base de la campagne

Faits saillants

Objectifs de la campagne

La Campagne mondiale pour l'éducation pour la paix cherche à promouvoir une culture de la paix dans les communautés du monde entier. Il a deux objectifs:

  1. Premièrement, sensibiliser le public et soutenir politiquement l'introduction de l'éducation à la paix dans toutes les sphères de l'éducation, y compris l'éducation non formelle, dans toutes les écoles du monde.
  2. Deuxièmement, promouvoir l'éducation de tous les enseignants à enseigner pour la paix.
Déclaration de campagne

Une culture de paix sera réalisée lorsque les citoyens du monde comprendront les problèmes mondiaux ; avoir les compétences nécessaires pour résoudre les conflits de manière constructive; connaître et vivre selon les normes internationales des droits de l'homme, de l'égalité des sexes et raciale ; apprécier la diversité culturelle; et respecter l'intégrité de la Terre. Un tel apprentissage ne peut être réalisé sans une éducation à la paix intentionnelle, soutenue et systématique.

L'urgence et la nécessité d'une telle éducation ont été reconnues par les États membres de l'UNESCO en 1974 et réaffirmées dans le Cadre d'action intégré pour l'éducation à la paix, aux droits de l'homme et à la démocratie en 1995. Pourtant, peu d'établissements d'enseignement ont entrepris une telle action. Il est temps d'appeler les ministères de l'éducation, les établissements d'enseignement et les décideurs politiques à tenir leurs engagements.

Une campagne visant à faciliter l'introduction de l'éducation à la paix et aux droits de l'homme dans tous les établissements d'enseignement a été demandée par la Conférence de la société civile de l'Appel de La Haye pour la paix en mai 1999. un réseau d'associations éducatives et des groupes de travail régionaux, nationaux et locaux de citoyens et d'éducateurs qui feront pression et informeront les ministères de l'éducation et les établissements de formation des enseignants sur le Cadre de l'UNESCO et les multiples méthodes et matériels qui existent maintenant pour pratiquer l'éducation à la paix dans tous les apprentissage environnements. Le but de la campagne est de s'assurer que tous les systèmes éducatifs à travers le monde éduqueront pour une culture de la paix.

Formulaire de campagne

La Campagne est un réseau non formel composé d'éducateurs et d'organisations formels et non formels, chacun travaillant à sa manière pour atteindre les objectifs ci-dessus.

Ce formulaire permet aux participants de la Campagne de concentrer leurs énergies sur la réalisation des objectifs et des besoins de leurs électeurs – tout en promouvant et en rendant visible le réseau mondial croissant d'éducateurs travaillant pour la paix.

La Campagne aide à connecter les éducateurs et à faciliter l'échange d'idées, de stratégies et de meilleures pratiques grâce à son site Web et ses bulletins d'information.

Endossements

Les endosseurs originaux
  • Association Internationale des Villes Educatrices
  • Association internationale des éducateurs pour la paix
  • Association internationale des éducateurs pour la paix mondiale
  • Bureau international de la paix
  • Enseignante internationale
  • Coopération internationale de la jeunesse (La Haye)
  • Valeurs vivantes : un programme éducatif
  • Mandate the Future/Worldview International Foundation (Colombo)
  • Association des femmes pan-pacifique et d'Asie du Sud-Est
  • Bateau de la paix
  • Pax Christi International
  • Enfant de la Paix International
  • Commission d'éducation à la paix
  • Association internationale de recherche sur la paix
  • UNICEF
  • Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés
  • Jeunesse pour un monde meilleur International
Organisations nationales et locales
  • Présentations de l'acte 1 (États-Unis)
  • ActionAid Ghana
  • Conseil pour l'amitié et la paix de tout le Pakistan (Aile de la jeunesse de tout le Pakistan)
  • Amnesty Népal, Groupe-81
  • Fondation Aotearoa-Nouvelle-Zélande pour les études sur la paix
  • ASEPaix, Association Suisse des Educateurs à la Paix (Suisse)
  • ASHTA NO KAI (Inde)
  • Asociacion Respuesta (Argentine)
  • Association des jeunes amis azerbaïdjanais de l'Europe
  • Collège de l'Assomption (Philippines)
  • Awareness One (Nigéria)
  • Centre azerbaïdjanais pour les femmes et le développement
  • Grands Frères Grandes Sœurs - Kerryville (USA)
  • Buddha's Light Universal Welfare Society (BLUWS) (Bangladesh)
  • Alliance canadienne pour les droits des jeunes et des enfants (CAYCR)
  • Centres canadiens pour l'enseignement de la paix
  • Institut canadien international de négociations appliquées
  • CEAL- Ciudardes Educadoras America Latina (Argentine)
  • CEDEM-Centre d'Éducation et de Développement pour les Enfants Mauriciens (Maurice)
  • Centre d'études sur la mondialisation, Université BK (Serbie, FR Yougoslavie)
  • Centre d'études sur les droits de l'homme et la paix (CRPS) (Philippines)
  • Centre pour l'éducation à la paix, Miriam College (Philippines)
  • Centre pour la paix, la justice et l'intégrité de la création (Philippines)
  • Centre pour l'étude du pardon et de la réconciliation (Royaume-Uni)
  • Centre pour l'étude de la paix (Irlande)
  • CETAL- Réseau Culture de la Paix (Suède)
  • CEYPA-Programme d'éducation civique pour les jeunes en Albanie
  • Société des droits de l'enfant et de la femme (Bangladesh)
  • Enfants et Paix Philippines Chapitre JMD
  • City Montessori School (CMS, Inde)
  • Concord Video and Film Council (Royaume-Uni)
  • Youth for Peace (CONYOPA, Sierra Leone)
  • Écoles canossiennes aux Philippines
  • Organisation Cosananig (Nigéria)
  • Réponse créative au conflit (États-Unis)
  • Fondation Culture pour la Paix (Espagne)
  • CRAGI, Résolution de conflits et interdépendance mondiale (États-Unis)
  • [email protected] Sarajevo – Association pour l'éducation à la paix
  • Développement Rural par la Protection de l'Environnement et Artisanat (Cameroun)
  • Association éducative Don Bosco des Philippines DBEAP
  • Education for Peace Institute of the Balkans (Bosnie-Herzégovine)
  • Projet Education pour la Paix (Landegg International University, Suisse)
  • Educadores para a Paz (Brésil)
  • Institut électoral du Sud. Afrique
  • Coalition Elimu Yetu-Kenya
  • ESR National Center Resolving Conflict Creatively Program (États-Unis)
  • Fondation pour la paix et le développement (Ghana)
  • Fundacio per la Pau (Espagne)
  • Fondation Casa De La Juventud (Paraguay)
  • Fundacion Gamma Idear (Colombie)
  • Fondation Global Harmony (Suisse)
  • Fondation Helplife (Ghana)
  • Grupa « Hajde Da… » (Centre des jeunes de Belgrade pour le développement de la tolérance et de la paix)
  • Réhabilitation à base communautaire de la Fondation GUU (Ouganda)
  • Mouvement Halley (Maurice)
  • Hessisches Landesinstitut für Pädagogik (Allemagne)
  • Comité des droits de l'homme (Serbie)
  • Académie d'éducation aux droits de l'homme du Népal
  • Programme d'éducation aux droits de l'homme (Pakistan)
  • Human Rights Eye & Education Center (HREEC, Cameroun)
  • Iligan Center for Peace Education and Research (Philippines)
  • Institut indien pour la paix, le désarmement et la protection de l'environnement
  • Institut de synthèse planétaire (Espagne)
  • Centre international d'éducation au tourisme holistique-IHTEC (Canada)
  • Mission internationale pour la paix (Sierra Leone)
  • Association internationale de recherche sur la paix (Japon)
  • Fondation International Youth Link (Ghana)
  • Parlement international des jeunes/Oxfam Australie
  • Société internationale pour les valeurs humaines (Suisse)
  • Institut pour la paix et la justice (États-Unis)
  • Institut d'éducation et de paix (Grèce)
  • Jane Addams' Peace Association Inc (États-Unis)
  • Centre de recherche tribal Jigyansu (Inde)
  • Association de la jeunesse khmère (Phnom Penh)
  • Kids Meeting Kids (États-Unis)
  • Université internationale de Landegg (Suisse)
  • League In Friendship Endeavour (Inde)
  • Apprentissage et développement (Kenya)
  • Centre universitaire libano-américain pour l'éducation à la paix et à la justice
  • Mandate the Future (Sri Lanka)
  • Centres multiethniques pour les enfants et les jeunes pour la paix (MCYPC) (Kosovo, RF de Yougoslavie)
  • Fédération nationale des associations UNESCO du Népal
  • Fondation Narvik pour la paix (Norvège)
  • NDH-Cameroun et Réseau Africain de la Démocratie de Base
  • Institut népalais pour les Nations Unies et l'UNESCO
  • Académie nationale de l'UNESCO du Népal
  • Réseau Culture de la Paix (CETAL) (Suède)
  • Nova, Centro para la Innovacon (Espagne)
  • Bureau de la paix dans la Corne de l'Afrique OPIHA (EAU/Somalie)
  • Conseil panafricain de réconciliation (Nigéria)
  • Mission Parbatya Bouddha (Bangladesh)
  • Programme de partenariats et d'échanges pour le développement (Togo)
  • Pax Christi Flandre (Belgique)
  • Pax Educare - Le Centre du Connecticut pour l'éducation à la paix
  • Paz y Cooperación (Espagne)
  • Institut Peace 2000 (Islande)
  • Avocats de la paix Zamboanga (Philippines)
  • Académie d'éducation à la paix du Népal
  • Centre d'éducation à la paix (États-Unis)
  • Institut d'éducation à la paix (Finlande)
  • Peace Pledge Union (Royaume-Uni)
  • Peace Project Africa (Afrique du Sud)
  • Centre de recherche pour la paix (Cameroun)
  • Institut de recherche sur la paix-Dundas (Canada)
  • Société de solutions pacifiques du Ghana
  • Parlement du peuple (Leskovac, Yougoslavie)
  • Réseau d'action philippin sur les armes légères PHILANSA
  • Centre de soc (États-Unis)
  • Projet 3er. Milenio (Argentine)
  • Quaker Peace and Service (Royaume-Uni)
  • Research Academica for Humanism and Jaiprithvi (RAFHAJ, Népal)
  • Rights Works (États-Unis)
  • École Robert Muller (États-Unis)
  • Sakha Ukuthula (Afrique du Sud)
  • École publique Samaritan (Inde)
  • Sauver le monde (Népal)
  • Seminario Galego de Educacion para a Paz (Espagne)
  • Service Civil International-Service Volontaire International (SCI-IVS USA)
  • Musique significative (Canada)
  • Société pour les réformes démocratiques (Azerbaïdjan)
  • Société pour le développement humain (Bangladesh)
  • Centre de soutien aux associations et fondations (Biélorussie)
  • Société suédoise pour la paix et l'arbitrage
  • Atelier Enseigner pour la paix (Danemark)
  • Société de bien-être de Triratna (Bangaladesh)
  • Vientos del Sur (Argentine)
  • Association pour les Nations Unies de la Nouvelle-Zélande
  • Fondation des Nations Unies pour la jeunesse (Pays-Bas)
  • Unesco Etxea (Espagne)
  • Winpeace (Initiative des femmes pour la paix, Turquie)
  • Commission mondiale pour la paix et Conseil des droits de l'homme (Pakistan)
  • Voix du monde (Royaume-Uni)
  • Approche jeunesse pour le développement et la coopération (Bangladesh)
  • Jeunes étudiants chrétiens du Nigéria
  • Forum des jeunes pour la paix et la justice (YFPJ-Zambie

Histoire et réalisations

Notre Histoire

Fondé lors de la Conférence de l'Appel de La Haye pour la paix en 1999.

La Campagne mondiale pour l'éducation à la paix (GCPE) a été lancée lors de la conférence de l'Appel de La Haye pour la paix en mai 1999.

Après la conférence, le Appel de La Haye pour la paix a pris la responsabilité de coordonner la campagne. Il est depuis coordonné par le Bateau de la paix, les Centre d'éducation à la paix au Teachers College Columbia University, Associés en éducation mondiale, le Académie nationale de la paix et l'Initiative d'éducation à la paix à l'Université de Tolède. À l'heure actuelle, le GCPE fonctionne de manière indépendante.

Le GCPE a depuis émergé comme un réseau organisé international non formel qui promeut l'éducation à la paix parmi les écoles, les familles et les communautés pour transformer la culture de la violence en une culture de la paix.

Premières réalisations (1996-2004)

1996-2004

  • Effort de collaboration (1996 – 1999) pour rassembler 10,000 12 individus et organisations à La Haye, Pays-Bas, qui ont lancé XNUMX campagnes dans le monde entier pour promouvoir des alternatives non violentes à la guerre
  • Création d'un site Internet qui propose
    • programmes d'éducation à la paix, traductions de programmes dans diverses langues
    • canal de communication pour le réseau international
  • Des partenariats accrus pour diffuser des informations et des ressources à plus de 15,000 XNUMX personnes
  • Publication de manuels de formation des enseignants, notamment :
    • Apprendre à abolir la guerre : Enseigner vers une culture de la paix
    • Leçons de paix du monde entier
    • Education à la paix et au désarmement : changer les mentalités au Niger, en Albanie, au Pérou et au Cambodge
  • Conférences annuelles avec des éducateurs internationaux pour la paix (2004 a eu lieu à Tirana, Albanie)
  • En partenariat avec les ministères de l'Éducation en Afrique, en Asie, en Europe, en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud
  • Formé un projet de partenariat unique avec le Département des affaires de désarmement des Nations Unies pour intégrer les programmes d'éducation au désarmement et à la paix dans les cadres formels et non formels de l'Albanie, du Cambodge, du Niger et du Pérou, qui ont été adoptés par chacun de leurs ministères de l'Éducation
  • A dirigé plus de 200 ateliers et présentations dans des salles de classe, des communautés, des forums nationaux et internationaux.
Conférence de l'Appel de La Haye pour la paix

La société civile a organisé la plus grande conférence internationale sur la paix de l'histoire du 11 au 15 mai 1999, à l'occasion du centenaire de la première conférence de la paix de La Haye à La Haye, aux Pays-Bas.

La conférence

Le 18 mai 1899 ; 108 délégués de 26 pays se sont réunis dans la belle Huis den Bosch de La Haye en réponse à une invitation lancée en août dernier par Nicolas II, le jeune tsar de Russie, pour organiser une conférence internationale pour discuter des moyens d'arrêter la course aux armements.

La société civile a organisé la plus grande conférence internationale sur la paix de l'histoire du 11 au 15 mai 1999, à l'occasion du centenaire de la première conférence de la paix de La Haye à La Haye, aux Pays-Bas. Près de 10,000 100 personnes de plus de 400 pays se sont réunies au Centre des congrès de La Haye en réponse à un appel lancé par le Bureau international de la paix (BIP), l'International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW), l'Association internationale des avocats contre les armes nucléaires ( IALANA) et le Mouvement fédéraliste mondial (WFM). Au cours de la réunion de cinq jours, les participants ont discuté et débattu – dans plus de 21 panels et ateliers – des mécanismes pour abolir la guerre et créer une culture de paix au XNUMXe siècle.

Le projet était dirigé par un comité d'organisation composé d'une trentaine d'organisations internationales. Le but de l'Appel de La Haye pour la paix 30 était de soulever de manière sérieuse et réaliste, la question de savoir si à la fin du siècle le plus sanglant de l'histoire, « l'humanité peut trouver un moyen de résoudre ses problèmes sans recourir aux armes, et la guerre est-elle toujours nécessaire ou légitime étant donné la nature des armes actuellement dans les arsenaux et sur les planches à dessin du monde entier, et la civilisation peut-elle survivre à une autre guerre majeure ? »

Les participants comprenaient des centaines de dirigeants de la société civile et des représentants de 80 gouvernements et organisations internationales, dont le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, les premiers ministres Sheikh Hasina du Bangladesh et Wim Kok des Pays-Bas, la reine Noor de Jordanie, Arundhati Roy de l'Inde et les lauréats du prix Nobel de la paix. Mgr Desmond Tutu d'Afrique du Sud, Rigoberta Menchú Tum du Guatemala, Jody Williams des États-Unis, José Ramos Horta du Timor oriental et Joseph Rotblat du Royaume-Uni.

Vision de la conférence

Ce fut le pire des siècles et le meilleur des siècles…

Les 99 dernières années ont vu plus de morts, et plus de morts brutales, dues à la guerre, à la famine et à d'autres causes évitables que toute autre période de l'histoire. Ils ont vu la flamme tendre de la démocratie s'éteindre encore et encore par des dictateurs fous, des régimes militaires et des luttes de pouvoir internationales colossales. Ils ont vu se creuser le fossé entre les favorisés de la terre et les misérables de la terre et l'insensibilité croissante des premiers envers les seconds.

Mais les années ont également vu le pouvoir du peuple de résister et de surmonter l'oppression actuelle ainsi que les préjugés séculaires de genre contre genre, race contre race, religion contre religion et groupe ethnique contre groupe ethnique. Ces années ont été témoins d'une explosion de connaissances scientifiques et techniques qui rendent possible une vie décente pour tous ceux qui habitent cette planète, la formulation d'un ensemble de droits universels qui, s'ils étaient pris au sérieux, traduiraient cette possibilité en réalité, et l'enfance système de gouvernance mondiale qui, s'il était autorisé à se développer, pourrait guider cette transition.

Nous, membres et représentants d'organisations populaires de nombreuses cultures et sphères de la société, conscients de la double histoire de ce siècle, lançons l'appel suivant à nous-mêmes et à ceux qui prétendent nous diriger : Alors que la communauté mondiale entre dans le 21e siècle, que ce soit le premier siècle sans guerre.Trouvons des moyens et mettons en œuvre les moyens déjà disponibles pour prévenir les conflits en supprimant ses causes, qui incluent la distribution inégale des vastes ressources du monde, l'hostilité des nations et des groupes au sein des nations les uns envers les autres , et la présence d'arsenaux toujours plus meurtriers d'armes conventionnelles et d'armes de destruction massive. Lorsque des conflits surgissent, comme ils le feront inévitablement malgré tous nos efforts, trouvons des moyens et mettons en œuvre les moyens déjà disponibles pour les résoudre sans recourir à la violence.En somme, achevons les travaux de la Conférence de paix tenue à La Haye un siècle en revenant à la vision d'un désarmement général et complet qui a brièvement brillé sur la scène mondiale après la dernière guerre mondiale.

Cela nécessitera de nouvelles structures pour la paix et un ordre juridique international fondamentalement renforcé. Concrètement, trouvons la volonté morale, spirituelle et politique de faire ce que nos dirigeants savent devoir faire mais ne peuvent se résoudre à Abolir les armes nucléaires, les mines terrestres et toutes les autres armes incompatibles avec le droit humanitaire, Abolir le commerce des armes, ou au moins réduire à des niveaux compatibles avec l'interdiction de l'agression inscrite dans la Charte des Nations Unies ; Renforcer le droit et les institutions humanitaires pour la période de transition vers un monde sans guerre ; Examiner les causes des conflits et développer des moyens créatifs de prévenir et de résoudre les conflits ; et vaincre le colonialisme sous toutes ses formes et utiliser les énormes ressources libérées par la fin ou la réduction de la course aux armements pour l'éradication de la pauvreté ; néocolonialisme; le nouvel esclavage ; et le nouvel apartheid ; pour la préservation de l'environnement ; et au bénéfice de la paix et de la justice pour tous.

En poursuivant ces objectifs, engageons-nous à amorcer les dernières étapes de l'abolition de la guerre, du remplacement du droit de la force par la force du droit.

Discussion et action

Les discussions et les actions ont été motivées par les thèmes suivants :

  • Échec des approches traditionnelles
  • Sécurité humaine
  • Soft Power
  • Tous les droits humains pour tous
  • Remplacer la loi de la force par la force de la loi
  • Prendre l'initiative de faire la paix
  • Mondialisation ascendante
  • Prise de décision internationale démocratique
  • Intervention humanitaire
  • Financer la paix et affamer les fonds de la guerre
Agenda de La Haye pour la paix et la justice pour le 21e siècle

La conférence a lancé l'Agenda de La Haye pour la paix et la justice pour le 21e siècle, un ensemble de 50 recommandations pour l'abolition de la guerre et la promotion de la paix. L'ordre du jour (ONU Réf A/54/98) a été formé à partir d'un processus démocratique intensif entre les membres des comités d'organisation et de coordination du HAP et des centaines d'organisations et d'individus. L'Agenda représente ce que les organisations de la société civile et les citoyens considèrent comme certains des défis les plus importants auxquels l'humanité est confrontée au 21e siècle. Il met en évidence quatre grands axes :

  •  Causes profondes de la guerre et culture de la paix
  •  Droit international humanitaire et des droits de l'homme et institutions
  •  Prévention, résolution et transformation des conflits violents
  • Désarmement et sécurité humaine

Téléchargez l'« Agenda de La Haye »

Conférence de Tirana et appel de Tirana

L'Appel de Tirana est un résultat important de la conférence « Développer la démocratie par l'éducation à la paix : éduquer vers un monde sans violence » ; tenue à Tirana, en Albanie, en octobre 2004.

L'appel est un engagement pour l'intégration de l'éducation à la paix dans toutes les formes d'éducation et un engagement envers le Cadre d'action de l'UNESCO de 1995 ; la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies ; la Convention relative aux droits de l'enfant ; Résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité ; et l'Agenda de La Haye pour la paix et la justice pour le 21e siècle.

Il a été approuvé par les ministères de l'éducation de la Palestine, du Pérou, du Niger, de la Sierra Leone et du Cambodge et des représentants des Nations Unies, l'ambassadeur Anwarul K. Chowdhury, secrétaire général adjoint et haut représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petites îles en développement États; et Michael Cassandra du Département des affaires de désarmement des Nations Unies.

L'appel de Tirana pour l'éducation à la paix

La conférence de Tirana

Chers appelants de La Haye,

Nous avons récemment conclu une conférence réussie à Tirana, en Albanie, où un groupe d'éducateurs s'est réuni avec des représentants des ministères de l'Éducation et a lancé un Appel de Tirana pour l'éducation à la paix, qui suit. Nous espérons que vous la diffuserez à vos collègues et que vous la publierez.

La diversité des conférenciers était formidable. Nous avons eu des jeunes remarquables qui feront clairement partie du leadership où qu'ils soient à l'avenir ; nous avions des personnes gouvernementales et non gouvernementales, nous avions l'ONU représentée, des femmes et des hommes, du nord et du sud, chaque continent était représenté, les meilleurs éducateurs formels et informels, et des organisateurs formidables. Nous avons réuni les personnes qui ont participé à la Campagne mondiale pour l'éducation à la paix avec de nouvelles personnes et avec les quatre partenaires de notre partenariat unique avec le Département des affaires de désarmement des Nations Unies. Maintenant, nous avons de nouveaux amis pour continuer à travailler avec les programmes au Cambodge, au Pérou, au Niger et en Albanie afin qu'ils puissent être soutenus par des ressources professionnelles.

Veuillez également trouver les discours prononcés par le secrétaire général adjoint Anwarul Chowdhury, Michael Cassandra de l'UN DDA, les salutations du professeur Betty Reardon, une liste des participants et un message de ma part.

Merci pour l'intérêt que vous continuez à porter aux travaux de l'Appel de La Haye pour la paix et pour votre propre contribution à la paix dans ce monde, qui prend aujourd'hui encore plus d'importance.

Cordialement,
Cora Weiss, présidente
2004 Octobre

Documents et rapports de conférence

Notre Équipe

TONY JENKINS, coordinateur mondial
Tony Jenkins PhD a plus de 18 ans d'expérience dans la direction et la conception de programmes et de projets éducatifs internationaux et de consolidation de la paix et de leadership dans le développement international des études sur la paix et de l'éducation à la paix. Tony est actuellement conférencier à temps plein dans le domaine des études sur la justice et la paix à l'Université de Georgetown. Depuis 2001, il est directeur général de la Institut international d'éducation pour la paix (IIPE) et depuis 2007 en tant que coordinateur de la Campagne mondiale pour l'éducation à la paix (GCPE). Professionnellement, il a été : Directeur de l'éducation, World BEYOND War (2016-2019) ; Directeur, Peace Education Initiative à l'Université de Toledo (2014-16); Vice-président pour les affaires académiques, National Peace Academy (2009-2014); et codirecteur, Peace Education Center, Teachers College Columbia University (2001-2010). En 2014-15, Tony a été membre du Groupe consultatif d'experts de l'UNESCO sur l'éducation à la citoyenneté mondiale.
MICAELA SEGAL DE LA GARZA, Chef de projet

Mica

Micaela Segal de la Garza est une éducatrice multilingue qui se concentre sur l'éducation à la paix et la communication. Mica aime donner des cours d'espagnol dans un lycée public polyvalent à Houston, où elle était auparavant conseillère pédagogique pour le personnel et la publication de l'annuaire géré par les étudiants. D'autres salles de classe incluent les grands espaces où elle enseigne aux enfants d'âge primaire dans un centre de la nature local, et la salle de classe mondiale où elle coordonne des projets avec le Campagne mondiale pour l'éducation à la paix. C'est une personne humaine qui a étudié sa maîtrise en études internationales sur la paix, les conflits et le développement à l'Universitat Jaume I en Espagne et a obtenu son diplôme de premier cycle, une triple spécialisation en espagnol, communication et études internationales, à l'Université Trinity à San Antonio, Texas. Elle poursuit son apprentissage et construit sa communauté d'apprentissage avec le Institut international d'éducation à la paix.

KEVIN KESTER, éditeur de critique de livres
Kevin Kester est chercheur associé à l'AHSS Newton à la Faculté d'éducation de l'Université de Cambridge, où il termine actuellement son doctorat sur la consolidation de la paix dans le domaine de l'éducation aux Nations Unies. En octobre 2016, il commencera sa bourse postdoctorale à la Faculté d'éducation et au Queens' College de Cambridge, sur des recherches concernant le renforcement des capacités des professionnels de l'éducation travaillant avec des étudiants migrants issus de milieux touchés par la guerre et les traumatismes. Avant son doctorat, Kevin était professeur adjoint de relations internationales et d'études sur la paix à l'Université Hannam de Daejeon, en Corée, et professeur adjoint invité d'affaires internationales et d'éducation au développement au Centre Asie-Pacifique de l'Université de la paix des Nations Unies à Séoul. Kevin est publié dans plusieurs revues, dont le Journal of Peace Education ; Journal de l'éducation transformatrice; Développement; et l'examen de la paix et des conflits ; et il est co-auteur (avec Vandana Shiva) du « Manuel sur l'eau de l'initiative des jeunes écologistes : Plans de leçon pour la construction de la démocratie sur la Terre ».
OLIVER RIZZI CARLSON, Assoc. Éditeur
Oliver Rizzi Carlson est titulaire d'une maîtrise en éducation à la paix de l'Université pour la paix mandatée par l'ONU (UPEACE). Il anime des espaces d'apprentissage avec les jeunes sur la culture de la paix et les infrastructures pour la paix, et est représentant à l'ONU pour le United Network of Young Peacebuilders (UNOY Peacebuilders). Membre de l'équipe des jeunes qui a préparé le Rapport mondial de la société civile à la fin de la Décennie des Nations Unies pour une culture de la paix, Oliver est également un membre actif de l'Alliance mondiale pour les ministères et les infrastructures pour la paix (GAMIP).

5 Commentaires

  1. J'ai voulu établir une université canadienne de la paix pendant la moitié de ma vie, j'y ai travaillé dur pendant environ 10 ans et, à part le pouvoir de l'argent, je l'aurais fait il y a longtemps.
    (Votre lien ci-dessus, « soumissions d'articles et d'événements » n'est pas connecté).

  2. Salut Janet Hudgins… désolé d'entendre parler de vos luttes pour établir une université canadienne pour la paix. Connaissez-vous l'Association canadienne d'études sur la paix et les conflits (PACS-Can)? https://pacscan.ca/en/home/.

    Merci aussi pour la note sur le lien cassé. C'est maintenant corrigé.

  3. Bonjour, Mon travail quotidien est la gestion de projets d'ingénierie et de construction, et une grande partie de mon intérêt personnel (recherche indépendante) porte sur les aspects mathématiques de l'équipe et de la gestion de projet en général. Dans le domaine des accords de contrat social (contracting), il existe des idées et des approches pour ce qu'on appelle la résolution des conflits. J'étudierai The Image de K Boulding (pendant que je lis aussi la critique de Tony sur ce travail). J'aimerais avoir de vos nouvelles ou vous êtes le bienvenu de la même manière. Je vous envoie cette note après avoir vu la note de bas de page 13 de la critique de The Image par Tony. Meilleur, Ali

  4. Je suis Donato du district de Tororo dans l'est de l'Ouganda, je travaille avec une organisation communautaire dirigée par des femmes appelée ARDOC Single Mother's Project Uganda, nous autonomisons et soutenons les femmes et les jeunes ruraux vulnérables grâce à une formation à la consolidation de la paix, une formation au leadership et des programmes de formation professionnelle afin de transformer leurs vies.
    Nous aimerions faire partie de cette organisation/Association.
    Notre e-mail est [email protected]
    La page Facebook. « ARDOC projet de mères célibataires Ouganda »

Rejoignez la discussion ...